Avec 3 médailles d’or, une d’argent et une de bronze, la France a fini sur la première marche du podium de cette coupe du monde 2017. Des résultats de bon augure avant le mondial de Barcelone en 2018.

“C’est un excellent bilan”. Michel Poueyts, Directeur technique national, ne cache pas sa joie après cette coupe du monde 2017 remportée par la France. Avec 3 médailles d’or (paleta cuir, pala corta et cesta punta), une d’argent (main nue par équipe) et une de bronze (main nue individuelle), la France a supplanté les autres nations pour finir sur la première marche. “La surprise vient des deux médailles d’or en paleta cuir et pala corta qui récompensent un travail de plusieurs mois”, précise le DTN.

Ce sont d’abord Casteran et Chatellier qui ont offert la première médaille d’or à la France, en s’imposant en deux manches face à l’Argentine. Dans la première manche, les Français ont dû s’accrocher pour arracher la victoire 15-12. La seconde a été plus facile à remporter (15-5). A la suite, Necol et Brefel ont dû batailler face à l’Argentine. Ils se sont imposés en deux manches mais sont passés à très peu de choses de perdre la première. Alors qu’ils avaient pris un bon départ (8-2), les Argentins ont égalisé à 11 partout. Jusqu’à la fin, les deux équipes se sont tenues dans un mouchoir de poche mais les Français ont réussi à remporter la manche 15-14. “Ça a été accroché, on a eu de la réussite, on a provoqué cette chance et on l’a emporté”, témoignait Dan Necol après la partie.

Dans la seconde manche, les Argentins ont craqué et laissé les Français loin devant (11-0). Il ne restait plus qu’à être solide jusqu’à la fin. “On s’est dit qu’il fallait profiter d’avoir gagné le premier set pour leur faire mal à la tête et c’est ce qu’on a fait”, souligne Dan Necol. Victoire 15-6.

La dernière médaille d’or est venue en cesta punta. Olharan et Etcheto sont venus à bout des Espagnols en deux manches également (15-7 ; 15-5). Ils l’ont emporté tout en patience, en poussant leurs adversaires à la faute.

“On part de loin”

Du côté de la main nue, pas de médaille d’or. Patxi Etchegaray, en individuel, est allé décrocher la médaille de bronze face à la Bolivie (10-5 ; 10-1). Déception en main nue par équipes pour Yves Sallaberry et Thierry Harismendy qui ont été battus par les Espagnols Yoldi et Gorrotxategi en deux manches (10-6 ; 10-7). Les Français n’ont pas su terminer les points et ont commis trop de fautes pour espérer l’emporter. Yves Sallaberry analysait après la partie : “ça a été difficile de les bousculer. Il y a des moments où on n’était pas loin. On a fait des cadeaux à des moments importants. Contre des équipes comme ça il faut essayer de ne pas en faire”. Mais le champion de mur à gauche espère bien les battre aux mondiaux de Barcelone, en 2018.

De son côté, Thierry Harismendy commente : “il y avait moyen de faire beaucoup mieux, si j’avais sorti un peu plus la pelote. De la droite elle ne me rentrait pas du tout. Yves a essayé de se démultiplié pour m’aider car j’étais dominé à l’arrière. Je passe un peu à travers cette finale. C’est une grosse déception”. L’arrière va maintenant devoir se concentrer sur le Championnat du Pays Basque qui commence ce week-end pour lui, au côté de Maxime Etcheverry.

Tous les joueurs vont maintenant pouvoir se concentrer sur les championnats du monde de Barcelone qui auront lieu du 15 au 20 octobre 2018. En main nue, l’équipe de France aura encore des progrès à faire, mais comme le souligne Michel Poueyts “on part de loin. Le mur à gauche n’est pas notre spécialité de prédilection, on joue plus en fronton et en trinquet. On est en reconstruction pour le mur à gauche à main nue mais globalement on est satisfait”.

Aucun commentaire

Envoyer le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.