Les champions de France en titre se sont qualifiés pour la finale des Masters de Bayonne en s’imposant face à Peio Larralde et Aimar Olaizola.

 

La tâche n’allait pas être facile pour Larralde-Olaizola en demi-finale des Masters de Bayonne. Ils le savaient. Mais ils ont quand même tout donné pour rivaliser avec la solide équipe formée par Waltary Agusti et Peio Guichandut. Le début de partie était équilibré entre les deux équipes, avec un duo Waltary-Guichandut pas encore au top de leurs capacités : “On a eu un début de partie compliqué, il y avait un faux rythme”, précisait Peio Guichandut, après la rencontre. À égalité à 11 partout, Waltary Agusti a commencé à accélérer le jeu et rentrer quelques buts gagnants (13-11 ; 14-11). La clé de la partie comme bien souvent.

Les vainqueurs de l’édition précédente ont ensuite affiné leur stratégie et joué la plupart des pelotes sur le pilotari d’Asegarce, pas habitué à jouer en trinquet. Stratégie payante puisqu’Olaizola a eu bien du mal à ramener les pelotes par la paroi de verre ou quand elles ressortaient de la planche. Malgré tout, il a défendu comme il a pu, bien épaulé par un Peio Larralde qui a tout tenté pour soulager au maximum son arrière.

Larralde-Olaizola ont toujours couru après le score pendant le reste de la partie et leurs espoirs de recoller au score ont souvent été étouffés dans l’oeuf par les buts gagnants de Waltary (14 au total). Toujours une dizaine de points derrière (26-16 ; 31-21) Larralde et Olaizola prenaient pourtant parfois l’avantage dans les échanges mais cela n’aura pas suffi. Avec un peu plus d’entraînement, Olaizola aurait peut-être pu rivaliser un peu plus dans cette rencontre. Waltary et Guichandut se sont finalement imposés 40-25 en tout juste une heure de jeu. Une victoire rapide qui pourra faire la différence dimanche, en finale, comme le souligne Peio Guichandut : “La fraîcheur physique va beaucoup compter pour dimanche”.

Waltary-Guichandut joueront pour un second titre d’affilée ensemble, le troisième pour Peio Guichandut qui l’avait remporté en 2016 au côté de Peio Larralde. En attendant, le vrai choc de cette édition 2018 aura lieu ce soir, entre Ospital-Ducassou (vainqueurs à Arcangues) et Etchegaray-Bilbao (vainqueurs à Hasparren). “Je pense que ça va être bien plus physique et bien plus long que nous aujourd’hui”, annonce Peio Guichandut, sans toutefois pouvoir désigner un favori. Une chose est sûre, les deux équipes donneront tout pour l’emporter. Ospital, Etchegaray et Bilbao pourraient remporter leur premier Master cette année. Baptiste Ducassou, quant à lui, est à la recherche d’un second sacre depuis sa victoire en 2014.

En lever de rideau, Xabi Alcasena et Luiz Sanchez ont eu bien du mal à se défaire d’Eneko Maiz et Pantxo Laffitte mais ils se sont finalement imposés 40-35 après 14 égalité dans la partie.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.