Pour son entrée en Championnat de France Elite pro individuel, directement en liguilla, Peio Larralde a réussi le test Bilbao. Il a tout de même dû s’accrocher jusqu’au bout pour ne pas laisser revenir le Ziburutar.

Peio Larralde a tenu son rang. Opposé à Bixintxo Bilbao pour sa première partie de Championnat de France Elite pro en individuel, directement en liguilla, Peio Larralde a réussi à rester devant au score tout au long de la partie. Mais elle n’a pas été un long fleuve tranquille pour autant.

D’entrée de jeu, Larralde a pris les choses en mains et imposé son jeu à Bixintxo Bilbao en menant rapidement 10-2, notamment en butant à droite, ce qui gênait particulièrement le Ziburutar. “On avait bien mis la tactique en place, je savais qu’il fallait que je bute par le mur de droite parce que j’allais avoir après des belles pelotes et j’allais réussir à engranger des buts”, confiait Peio Larralde après la partie. A 17-7 pour lui, il avait déjà inscrit huit buts gagnants (sur dix au total, contre six pour Bilbao).

“Je n’arrivais pas à tuer la partie en ma faveur”

Toujours dans le rétroviseur de l’Hazpandar, Bixintxo Bilbao s’accrochait pour ne pas le laisser trop prendre le large et revenait à quatre points de son adversaire 17-21. Mais Larralde ne l’entendait pas de cette oreille et a commencé à durcir le jeu en rentrant des filets et en finissant les points au pan coupé. Et quand Bilbao sortait des buts quasi irrattrapables, Larralde était redoutable au retour de but.

A 29-19 pour Larralde, la messe semblait dite, mais Bilbao ne lâchait rien et revenait de nouveau 30-36. A cause d’une erreur de jugement et d’une faute, Bixintxo Bilbao perd ensuite deux points qui auraient pu lui être acquis. Larralde n’avait plus qu’à conclure 40-30. “J’ai toujours joué avec de l’avance mais je voyais qu’à tout moment Bixintxo pouvait revenir dans la partie. Je n’arrivais pas à tuer la partie en ma faveur et à me libérer au score. Ça a été dur jusqu’à la fin”, précisait le tenant du titre après la partie.

Une partie qui semblait à la portée de Bilbao qui a commis trop de fautes et n’a pas su être décisif au bon moment. Le potentiel est pourtant bien là. Grâce à sa persévérance, il aura sauvé les meubles en inscrivant 30 points. En cas d’égalité de victoires à la fin de la liguilla, cette performance pourrait lui ouvrir les portes de la finale.

En attendant, Larralde et Bilbao doivent patienter jusqu’à lundi pour connaître leur prochain adversaire respectif. Mathieu Ospital et Baptiste Ducassou s’affrontent ce lundi 30 janvier, au trinquet Garat de Saint-Jean-Pied-de-Port.

Elgart s’impose face à Etchegaray

Du côté du groupe B, Julien Etchegaray, qui avait jusqu’alors fait un sans faute dans son parcours, est tombé sur un os nommé Vincent Elgart. Il s’est incliné 26-40 en à peine une heure de jeu. Un jour sans pour Etchegaray qui n’a tenu tête à Vincent Elgart que dans la première dizaine en égalisant à 9-9. Après, Vincent Elgart a pris la partie à son compte pour rapidement mener 25-15 puis 30-18.

En jouant juste et précis, il a su garder Etchegaray loin derrière au score et ne l’a jamais laissé espérer une remontée. Alors qu’il menait 31-26, Vincent Elgart a tué dans l’œuf les derniers espoirs d’Etchegaray en inscrivant neuf points d’affilée pour aller s’imposer 40-26. Elgart affrontera en prochaine partie de liguilla le vainqueur de la rencontre Monce-Bénesse. Etchegaray, lui, rencontrera le perdant.

Aucun commentaire

Envoyer le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.