Ce vendredi 19 mai, au trinquet Haitz Pean d’Anglet, les demi-finales du tournoi Pilotarienak ont été à sens unique. Ospital-Ducassou ont pris leur revanche sur Waltary-Guichandut et Larralde-Bilbao sont venus à bout de Bielle et Lambert assez facilement également.

Les affiches étaient les mêmes, mais les parties auront été complètement différentes du Championnat de France Elite pro par équipes. Ce vendredi 19 mai, au trinquet Haitz Pean d’Anglet, les demi-finales du tournoi Pilotarienak n’auront pas fait trembler le public. Et pour cause, les deux équipes gagnantes ont infligé des scores sévères à leurs adversaires, ne les laissant même pas marquer 20 points.

La première partie opposait Peio Larralde et Bixintxo Bilbao à Philippe Bielle et Ximun Lambert. D’entrée de partie, les champions de France distançaient leurs adversaires en menant 13-1 puis 20-7 à la mi-partie. Larralde marquait notamment des points faciles grâce à ses buts gagnants (il en aura inscrits dix au total). Arrivés dans la dernière dizaine, ils avaient une avance plus que confortable (30-9) mais se sont un peu relâchés, laissant leurs adversaires revenir à 15-30. Rien de bien alarmant vu l’avance qu’ils avaient déjà prise. “C’est le risque à un moment donné de se relâcher un petit peu et de croire que la partie est gagnée. C’est ce qui s’est passé à partir de 30 mais on a su remettre un coup de collier pour terminer la partie et ne pas se faire peur à l’arrivée de la dernière dizaine”, confiait Peio Larralde après la partie.

La seconde partie aura été sur le même schéma. Alors qu’en Championnat de France Elite pro par équipes, Mathieu Ospital et Baptiste Ducassou s’étaient fait battre par Waltary et Guichandut (40-36), cette fois ils ont très bien entamé la partie et leur ont mis la tête sous l’eau dès le départ (10-3 ; 15-6 ; 20-6). Waltary et Guichandut ne semblaient plus quoi savoir faire pour marquer des points et reprendre l’avantage. Ospital et Ducassou en ont profité pour enfoncer le clou et continuer sur leur lancée (30-11). Du début à la fin, ils sont restés concentrés, comme le souligne Baptiste Ducassou : “ On a mis beaucoup d’intensité, ça les a un peu perturbés. On s’est dit que c’était bon pour nous et qu’il ne fallait surtout pas lâcher car avec ce genre de joueurs ça peut tourner très vite”.

Ils ont pris leur revanche ce vendredi au trinquet Haitz Pean en s’imposant finalement 40-13. Reste encore à battre les champions de France mercredi prochain ce qui ne sera pas une mince affaire. “C’est l’équipe la plus costaud du circuit. Je pense que Bixintxo est l’arrière idéal pour Peio. Il n’est peut-être pas très créatif mais il est très dense physiquement, il tape très fort des deux mains en attaque et en défense ce qui permet à Peio de jouer avec beaucoup d’air et beaucoup de liberté, commentait Baptiste Ducassou après la partie. Ça va être très dur pour nous mais on est là, il faut en profiter pour essayer de grapiller cette victoire”.

Aucun commentaire

Envoyer le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.