Waltary Agusti et Peio Guichandut sont les premiers qualifiés pour les demi-finales du Championnat de France Elite pro par équipes. Ils ont livré une magnifique partie contre Etchegaray-Bilbao.

 

Ce week-end de Pâques aura été un régal pour les pilotazale présents à Garindein et Garazi. En groupe A, les pilotari ont montré un niveau de jeu exceptionnel, comme on n’en reverra peut-être pas de si tôt. Après la partie disputée entre Inchauspé-Ducassou et Ospital-Lambert qui s’est terminée sur le plus infime écart (40-39), Waltary-Guichandut et Etchegaray-Bilbao ont remis ça dès le lendemain à Garazi.

L’affiche était alléchante sur le papier et un combat s’annonçait entre les deux meilleures équipes du championnat. Et combat il y a eu. Dès les premiers points, les quatre joueurs ont annoncé la couleur. Les échanges seraient disputés et aucune des équipes ne lâcherait l’affaire. Dès les premiers points, les égalisations se sont multipliées (3 ; 8 ; 9 ; 11). Etchegaray et Bilbao, un peu moins tranchants qu’à Arcangues, arrivaient tout de même à prendre l’avantage le temps de quelques points (16-12).

C’est à ce moment là que les choses sérieuses ont commencé. Waltary et Guichandut sont revenus à 16 partout. A l’arrière, Guichandut et Bilbao se livraient un combat sans pitié, ramenant toutes les pelotes. Après la partie, Bixintxo Bilbao lançait même : “on s’est mis une grosse pelée”. Des parties comme celles-là, ils en ont connues plusieurs ensemble. Au Master de Bayonne, cet été, Bixintxo Bilbao (associé à Mathieu Ospital) a perdu 40-37 contre Waltary-Guichandut, et au Championnat de France par équipes, l’an dernier, il l’avait emporté 40-38 (avec Peio Larralde) contre ces mêmes adversaires.

“On ne voulait absolument pas revivre l’épisode des barrages”

La troisième partie aura tourné à l’avantage de Waltary-Guichandut mais la victoire ce sera jouée à un rien, quelques fautes par-ci par-là, un but faux d’Etchegaray (9 buts gagnants contre 10 pour Waltary). Peio Guichandut le reconnaissait lui-même après la partie : “je pense qu’aujourd’hui ils méritent autant que nous de gagner la partie”. Malgré la défaite, les deux joueurs ont opposé une défense remarquable. Jusqu’au bout de la partie, les deux équipes se sont tenues dans un mouchoir de poche. Au total, 16 égalisations. Dont la dernière à 39 partout. Tout se jouait sur le dernier point. Un pan coupé de Waltary a laissé Julien Etchegaray à terre. Victoire de la paire basco-cubaine qui se qualifie directement pour les demi-finales. “On n’a rien lâché, on s’est accroché jusqu’à la fin. Maintenant on a trois semaines pour se reposer”, confiait Waltary, un large sourire aux lèvres.

Il faut dire que les deux joueurs avaient encore le souvenir du barrage de l’an dernier, gagné de justesse contre Lambert-Palomes : “on ne voulait absolument pas revivre l’épisode des barrages”, confirme Peio Guichandut. Pour Julien Etchegaray et Bixintxo Bilbao, la qualification directe en demi-finale reste tout de même à leur portée. Une victoire contre Ospital-Lambert leur ouvrirait les portes du dernier carré. En cas de défaite, ils pourraient toujours compter sur un goal average très favorable pour eux (+ 43 points). Mais le Ziburutar reste confiant : “on a un peu moins bien joué qu’à Arcangues avec Julien mais on a une dernière partie pour se régler et je pense qu’on va se qualifier pour les demi-finales”.

Du côté du groupe B, la messe aura rapidement été dite. Vincent Elgart et Bixente Çubiat n’ont laissé aucun espoir de victoire à Antton Monce et Vincent Lazcano. Ces derniers étaient pourtant bien partis pour finir premier de la poule. Malheureusement, Vincent Lazcano n’aura pas été au niveau ce lundi, au trinquet Garat. Dès le début de la partie, Vincent Elgart aura fait la différence en enchaînant notamment buts gagnants et xare pour mener 10-0.

Difficile de combler un tel écart. A eux deux, Monce et Lazcano ont commis plus d’une dizaine de fautes. Résultat des courses, le score est sévère : 40-14. Cette victoire relance Elgart et Çubiat dans la course à la première place. Ils finiront par une partie contre Grégory Aguirre et peut-être Cédric Lucu (s’il s’est remis de sa blessure). Des adversaires à leur portée mais les deux Vincent ne se focalisent pas sur la première place, restant prudents : “on va jouer à fond jusqu’au bout, on va faire notre partie et si on a la chance de passer ça passera et autrement ça nous mettra en confiance”, souligne Vincent Elgart. Et Bixente Çubiat de renchérir : “aujourd’hui, il fallait gagner à tout prix, la prochaine partie est importante aussi. On verra pour le classement ce que ça va donner”.

GROUPE A

GROUPE B 

Aucun commentaire

Envoyer le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.