Aussi bien chez les hommes que chez les femmes, la première partie de poules des Championnats du monde de Barcelone s’est déroulée sans anicroche. Ce sont les hommes qui ont ouvert le bal face au Mexique. Stéphane Suzanne et Patxi Guillentéguy ont eu besoin de la première manche pour se mettre en jambes. Les Mexicains opposaient une bonne défense et faisaient durer les points mais les Français ont tenu bon pour l’emporter 15-8. La seconde a été menée d’une main de maître par les Français qui se sont imposés facilement 15-2. “Cette première manche a été très importante. Ça nous a permis de ne pas les laisser récupérer dans la deuxième et de continuer le forcing. Ils se sont assez agacés, l’arrière a fait beaucoup de fautes, on ne l’a pas laissé jouer comme il voulait”, souligne Stéphane Suzanne. Pour leur deuxième partie de poule, les Français affronteront l’Uruguay ce mercredi. Une partie à prendre au sérieux selon Stéphane Suzanne : “Tous les amateurs de baline connaissent les Uruguayens. Ce sont des guerriers. Ils ne vont rien lâcher, c’est certain”.

Les féminines ont aussi maîtrisé leur partie de bout en bout face à l’Argentine. Stéphanie Leiza et Maritxu Housset. Après une première manche serrée (15-9) où l’Argentine a fait jeu égal dans les premiers points (5-5), les Françaises ont petit à petit mis la pression à leurs adversaires qui n’ont pas réussi à inverser la tendance en seconde manche. Leiza-Housset ont remporté la deuxième manche 15-7 : “on a réussi à jouer simple mais sérieux sans avoir trop de déchets”, commentait Maritxu Housset, après la partie. Elles affronteront également l’Uruguay en deuxième partie de poule, mercredi, juste après les hommes. “France-Uruguay en trinquet ça a toujours été compliqué. On a eu des parties où on avait du mal à rentrer, on subissait le rythme. On espère vraiment être en finale et clairement on veut même l’or”, annonce Maritxu Housset.

Cesta punta : Tambourindéguy-Irastorza tranquilles

À cesta punta, la première partie de poule de la France A n’a été qu’une formalité. Opposés à Cuba, Patxi Tambourindéguy et Eric Irastorza n’ont pas eu à forcer leur talent. Ils se sont imposés en deux petites manches : 15-6 ; 15-3. “ On n’a pas beaucoup eu le temps de s’entraîner, ça permet de se réajuster par rapport à la kantxa et de prendre un peu confiance”, précise Patxi Tambourindéguy. Le plus gros morceau arrive ce mardi avec l’Espagne B : “Contre l’Espagne ça va être plus compliqué, ce sont des équipes qui sont très fortes. Il faudra jouer en équipe et éviter les avants qui sont très techniques et très dangereux”, souligne Patxi Tambourindéguy. Une chose est sûre pour lui : “On ne vient pas en vacances, on vient pour donner le maximum en espérant qu’on arrive au bout”.

La France bataille en mur à gauche

Du côté de la main nue par équipes en mur à gauche, la France (Xala-Mendy) a eu quelques difficultés à se défaire des Mexicains. Après une première manche remportée facilement 10-1, la France a perdu la seconde 5-10 pour finalement reprendre du poil de la bête et s’imposer 5-2 dans la dernière manche. Aujourd’hui, la France sera opposée à la Bolivie, au fronton Bac de Roda. Une partie qui ne devrait pas poser trop de problèmes aux Français.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.