La demi-finale entre Cuba et la France n’était qu’une formalité pour Peio Larralde et Bixintxo Bilbao. Une entrée avant le vrai combat qui s’annonce en finale contre les Mexicains. En deux petites manches (15-0 ; 15-4), Larralde-Bilbao ont balayé les Cubains pour se diriger tout droit vers la finale qui se jouera samedi. Une partie pour prendre un peu plus de repères dans le trinquet et se préparer pour affronter les champions du monde en titre. Une équipe qui sera difficile à manœuvrer selon Manu Martiarena, entraîneur de l’équipe de France : “Les Mexicains ne tapent pas du tout de volée haute, ils tapent par le côté et ils mettent toujours un effet surprenant. Même si on le connaît il faut être très vigilant. Ils mettent de la vitesse sur toutes les pelotes et je crois qu’ils ont une haine de jouer qui multiplie leur force. Ils sont compliqués à jouer mais de toute façon on est là pour gagner”.

Même son de cloche du côté des joueurs qui sont motivés à ramener la médaille d’or. “On connaît leur niveau de jeu, ils sont très durs à gagner, ils ont un très fort mental. Ce sera à nous de bien jouer, de mettre notre jeu en place avec Peio”, souligne Bixintxo Bilbao. En poule, la France avait réussi à battre le Mexique en deux manches. Mais dans la deuxième, ils s’étaient fait surprendre et avaient même été menés 14-11. Bixintxo Bilbao avait alors pris la partie à son compte pour ramener la victoire à son équipe. Cette fois, en finale, le Ziburutar s’attend à une partie bien plus dure : “C’est une autre partie, ce sera une finale avec une autre ambiance. Je m’attends à une partie plus compliquée, tout le monde va donner 100 % de ce qu’il a. Ce sera à nous de répondre présent”, annonce-t-il.

Bilan mitigé en mur à gauche

Du côté du mur à gauche, la France a connu un bilan mitigé. En individuel, Mathieu Ospital n’a pas pu décrocher sa place en finale. Opposé à David Alvarez “Stitch”, le Français n’est pas passé loin mais a commis quelques fautes à des moments importants de la partie. Mené 9-2 dans la première manche, Mathieu Ospital a réussi à revenir à 9-7 mais le Mexicain a conclu 10-7. Dans la seconde manche, Mathieu Ospital aurait pu faire la différence sur la fin après une égalisation à huit partout. Mais une attaque tendue du Français a fini juste sur la raie, redonnant l’avantage au Mexicain qui en a profité pour conclure la partie 10-8. Une déception pour Mathieu Ospital : “C’est dommage, je suis déçu. Aujourd’hui je pense que c’était jouable”. Il pourra tout de même viser la médaille de bronze ce matin face à Cuba.

Par équipes, en mur à gauche, Peio Tellier et Ion Iturbe ont qualifié la France pour la finale où ils retrouveront les Espagnols. Une victoire facile contre les Etats-Unis, en deux manches : 10-1 ; 10-6. Après une première manche quasiment parfaite, les Français se sont un peu relâchés et Ion Iturbe a commis beaucoup de fautes qui ont permis aux Américains d’égaliser à 6 partout. “On était favoris contre les Etats-Unis mais on s’en méfiait parce que Tony Huarte est un très bon joueur. L’avant c’est un joueur qui joue chez nous en trinquet. On a vu qu’il avait une belle volée. Il a fallu être sérieux”, souligne Peio Tellier.

De son côté, malgré la victoire, Ion Iturbe n’était pas satisfait de sa prestation : “Dans le premier set, tout s’est bien passé, je sentais bien la pelote dans la main, je me plaçais bien. Dans le deuxième set, j’ai pris peur mais Peio a été très solide pour prendre la partie à son compte et c’est grâce à lui si on finit. Je suis rès déçu de ma partie. Je n’ai pas été correct jusqu’au bout”, confiait-il, après la partie. En finale, la France (représentée normalement par Xala-Mendy), affrontera l’Espagne. Une partie compliquée en perspective : “On sait qu’on a un gros morceau à jouer. L’Espagne est complètement favorite et nous outsiders donc on va jouer notre jeu à fond. Sur une partie, tout est possible”, précise Ion Iturbe. La finale est prévue ce samedi, aux alentours de 17h.

Aucun commentaire

Envoyer le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.