Finalistes l’an dernier, Waltary-Guichandut ont cette fois remporté le titre du Championnat de France Elite pro par équipes, au terme d’une finale disputée.

 

Il est toujours là. À 38 ans, Waltary Agusti n’en finit pas de rallonger son palmarès et de rentrer un peu plus dans l’histoire de la pelote. Pour la sixième fois, il remporte le titre de champion de France Elite pro par équipes. Titre qu’il a remporté avec cinq arrières différents (Thierry Etcheto en 2007 et 2010, Ximun Lambert en 2011, Thierry Harismendy en 2013, Bixintxo Bilbao en 2016 et Peio Guichandut en 2018). Ce sixième titre, il a dû aller le chercher et se battre jusqu’au dernier point avec Peio Guichandut.

Leurs adversaires, Peio Larralde et Ion Iturbe, ont très bien commencé la partie et menaient les échanges (7-3 ; 8-5). Mais Waltary et Guichandut recollaient au score à 10 partout. S’en suivait un jeu de yoyo entre les deux équipes qui prenaient chacune leur tour l’avantage. A 18 partout, la paire basco-cubaine reprenait l’avantage et grâce à son but (il a inscrit onze buts gagnants au total), Waltary a fait une série de points (23-19 ; 24-19 ; 25-19) qui leur a permis de respirer un peu. Dans le jeu, Peio Larralde et Ion Iturbe semblaient pourtant un peu au-dessus. Dès qu’il en avait l’occasion, Larralde tranchait le point, tandis qu’Iturbe tenait bien Guichandut derrière. Les deux opposaient également une défense remarquable.

Si bien qu’ils ont égalisé à 27 partout, grâce à une série de trois buts gagnants de l’Hazpandar. Tout était encore possible mais le Biarrot qui revenait de blessure a craqué, de son propre aveu : “Peio a fait une très grosse partie, moi aussi j’ai bien commencé mais on a senti que physiquement j’ai lâché un petit peu. Ce n’est jamais très bon de rester deux semaines sans jouer”. Waltary-Guichandut en ont profité pour reprendre quelques points d’avance (31-28). Larralde-Iturbe revenaient à un seul petit point de leurs adversaire (31-30) mais Larralde a tenté de rattraper une pelote à la volée, qui a fini sous la raie. Sa seule faute de la partie, mais qui coûte cher.

“Quand on joue contre Peio c’est un danger permanent”

Waltary-Guichandut garderont leur avance jusqu’au bout, même si le Cubain avoue avoir eu un peu peur à un point de la victoire : “à 39-36 je commençais à réfléchir. J’ai dit à Peio surtout on ne laisse pas passer ce but”. Victoire 40-36 après une partie très disputée. “On sait que quand on joue contre Peio c’est un danger permanent. La stratégie c’était de tenir le jeu derrière, essayer d’appliquer notre jeu. Aujourd’hui, on n’a pas réussi à très bien le faire mais ce qui a primé, c’est l’esprit d’équipe”, résumait Peio Guichandut, après la partie.

Après un championnat un peu compliqué, Peio Larralde et Ion Iturbe peuvent se féliciter du niveau de jeu qu’ils ont montré en demi-finale et en finale. C’est d’ailleurs ce que retiendra l’Hazpandar : “personne n’aurait misé sur nous pour être ici aujourd’hui. Nous non plus finalement. On se voyait faire un bon championnat mais pas arriver aussi loin et puis aujourd’hui il n’a pas manqué grand-chose”.

Les quatre joueurs vont dès maintenant devoir se tourner vers la saison du circuit Esku Pilota. La première grosse échéance arrive dès ce vendredi, avec le tournoi Pilotarienak. Les demi-finales opposeront d’un côté Etchegaray-Ducassou à Ospital-Iturbe et de l’autre Larralde-Guichandut à Waltary-Bilbao.

Aucun commentaire

Envoyer le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.