Après sa victoire face à Bixintxo Bilbao, Julien Etchegaray avait de nouveau un joueur redoutable à éliminer. Cette fois, il n’aura pas réussi l’exploit. Mathieu Ospital l’a dominé de la tête et des épaules.

Les parties se suivent mais ne se ressemblent pas pour Julien Etchegaray. Sur un nuage la semaine dernière, après sa victoire sur le fil face à Bixintxo Bilbao (40-39), l’Irisartar a payé cette partie accrochée ce lundi 18 décembre. Opposé à Mathieu Ospital (finaliste du Championnat de France Elite pro en tête à tête l’an dernier), Julien Etchegaray avait un sacré obstacle à franchir, pour rejoindre Peio Larralde en demi-finale. Mais cette fois, la partie ne s’est pas déroulée comme il l’aurait voulu.

D’entrée de partie, Mathieu Ospital a imposé son jeu et fait courir Julien Etchegaray dans tous les coins du trinquet (10-0). Xare, punpa xare, xilo, filet du fond… Tout souriait à Mathieu Ospital et Julien Etchegaray, lui, devait fournir tous les efforts du monde pour réussir à marquer un point. Si bien que Mathieu Ospital s’est baladé jusqu’à plus de la mi-partie (25-5). Déçu, Julien Etchegaray admettait après la rencontre : “j’ai fait un début de partie catastrophique. Quand tu prend 20 points dans la tronche, tu te demandes quand est-ce que tu vas te réveiller, parce que sinon tu vas finir avec un 40 à 10”.

En manque de jus, Julien Etchegaray a fini par relever la tête et s’est accroché jusqu’au dernier point. Cela n’aura malheureusement pas suffi à renverser la situation. A deux points de la partie (38-20), Mathieu Ospital a eu un petit moment de flottement, dont Etchegaray a profité pour revenir 38-28. Après un but faux (le troisième de la partie), Etchegaray a redonné la main à Ospital. Ce dernier n’avait plus qu’à conclure. Victoire 40-28. Revenant de blessure, Mathieu Ospital de son côté pouvait être satisfait de sa première partie : “du côté du bras je suis très content, ça a bien tenu, j’avais un petit peur pour les volées”.

Au prochain tour, il affrontera le tenant du titre, Peio Larralde. Il l’avait battu l’an dernier en Championnat de France Elite pro en tête à tête mais pour lui, cela ne sera pas un avantage : “l’année dernière je pense que ça a été une grosse surprise que je le batte, on verra cette année”. S’il remporte la partie, Peio Larralde pourrait viser un troisième titre consécutif. Les deux joueurs vont s’affronter ce dimanche 24 décembre, à partir de 16h.

“En fin de partie je me voyais perdre”

L’autre Irisartar du tournoi, Peio Guichandut, s’en est mieux sorti. Opposé au Bizkaitar Mikel Gonzalez, il a fait une partie quasiment parfaite. Réglé comme du papier à musique, Guichandut jouait juste. Buts gagnants, xare, punpa xare, pan coupé pic… Un festival de coups gagnants qui laissait penser à une victoire sans anicroche. Mikel Gonzalez revenait malgré tout à un point (15-14), sans réussir à égaliser. Il n’en fallait pas plus à Guichandut pour remettre un coup d’accélérateur et reprendre une bonne avance. Mais de son propre aveu, à 36-20, Peio Guichandut a eu “un excès de zèle”. Point perdu. Mikel Gonzalez reprenait la main et reprenait confiance. De son côté, Guichandut commettait quelques fautes et était moins précis. Si bien que le Bizkaitar revenait à 36-27. “En fin de partie j’avoue qu’il m’a fait peur. J’avais le scénario de la semaine dernière en tête et en fin de partie je me voyais perdre”, confiait Peio Guichandut.

Mikel Gonzalez, pour sa part, soulignait : “j’ai passé plusieurs mois sans jouer à cause d’une blessure, et je ne me suis pas senti tout à fait à l’aise dans la kantxa, j’étais un peu stressé”. L’an dernier, il avait réussi à se qualifier pour les demi-finales en ayant commencé le tournoi dès le premier tour. “Je n’ai pas pu gagner cette fois-ci, c’est dommage, mais espérons que cela soit possible l’an prochain”, annonce-t-il. La revanche en tête, Peio Guichandut a réussi à conclure la partie 40-33. Une partie formatrice avant sa demi-finale contre Baptiste Ducassou : “j’ai appris qu’il ne faut jamais se relâcher en tête à tête. Il faut rester concentrer même si on a de l’avance”. Le défi sera de taille ce dimanche puisqu’il affrontera le meilleur joueur du moment et double champion de France en tête à tête. “Je vais venir avec l’envie de montrer que j’ai ma place parmi les meilleurs”, annonce-t-il. Début des hostilités, dimanche, à 15h.

Aucun commentaire

Envoyer le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.